repère

Le saviez-vous ?

Axel Reymond est double champion d'Europe (2014 et 2016) sur le 25km eau libre.

 

Les 5 questions qui t’inspirent ?

 

1 - la question qu’on t’a le plus posée ?

Il y en a deux car l’une accompagne souvent l’autre : « Tu nages combien de kilomètres ? » et « T’en n’as pas marre ? ».

 

2 - ton rituel avant la chambre d’appel ?

Avoir 30 minutes pour me concentrer après l’échauffement en étant assis ou allongé et parler avec ma coach des courses des concurrents. Ensuite, mettre ma combinaison 30 min avant la course et retourner m’asseoir pour discuter avec ma coach de ma course cette fois....

 

3 - une chose qui t’énerve profondément ?

Que tout le monde traite l’eau libre autrement que la natation « course »...

 

4 - t’a-t-on déjà pris pour quelqu’un d’autre ?

Aux Europe de Berlin en 2014, un couple est venu me demander si j’étais Eric Reiss... Et ils sont partis sans demander ma véritable identité...

 

5 - un événement qui a changé ta vie ? 

L’arrêt des cours. Le CPE de mon lycée m’avait lancé un ultimatum. Alors j’ai arrêté d’aller au lycée et j’ai pris des cours du CNED à domicile. J’ai pu nager deux fois par jour, ce qui m’a permis d’avoir ma première médaille internationale sur 25 km et de nager beaucoup plus vite en bassin !

contact

Marie-Claude Prévitali, Karim Hachim, Fabien Dominguez

tel. 04 76 86 84 00 - contact@mediaconseilpresse.com

Tél. Consommateur : 05 57 55 44 00

Distribution  magasins de sports spécialisés
Points de vente  www.arenawaterinstinct.com

suivez-nous

Axel Reymond : son mur d'inspiration, ses accessoires d'entraînement

visuels

Axel Reymond, Team Elite arena France ©kmsp

Axel Reymond (eau libre), Team Elite arena France ©kmsp

Communiqué de presse

2017-07-17

Axel Reymond : son mur d'inspiration, ses accessoires d'entraînement

Champion d’Europe d’eau libre à berlin en 2014, axel reymond a raté de peu sa qualification aux J.O. de rio l’an derNier. les championnats du monde de budapest sont pour lui la chance de montrer qu’il est toujours là sur 25 km. son récent stage de préparation à font-romeu et les temps réalisés ensuite donnent du sens à la maxime qu’il se répète : «le succès est la somme de petits efforts répétés jour après jour...» (l.R Collier)

Un lieu : le lac de Serre-Ponçon 

J’ai découvert ce lac pour la première fois l’été de mes 15 ans. J’essaie d’y retourner une fois par an environ. La famille de ma coach Magali possède un mobil-home là-bas. Elle m’a proposé ainsi qu’à quelques nageurs d’en profiter le temps d’un séjour pour faire des randonnées et surtout nager dans cet immense lac. Partir en pédalo, en maillot et avec le chrono, plonger n’importe où et n’importe quand et nager des heures avec une vue magnifique… Un vrai bonheur !

 

Un hobby : les jeux vidéo

Mon père m’a donné une manette très tôt, et depuis, j’ai du mal à m’en passer… Jouer sur ordinateur ou sur console, ou encore regarder des professionnels pratiquer les jeux vidéo, cela me passionne. C’est vraiment un temps de relaxation et de changement d’univers. Cela me permet de m’évader et de penser à autre chose qu’à la natation. 

 

Un film : Gladiator

Un des films préférés de mon père qu’il m’a fait découvrir très jeune... Une tragique histoire d’un homme qui perd sa famille. Chaque fois que je le visionne, j’en ai les larmes aux yeux, d’une part pour l’histoire et d’autre part pour mon père car ce film me fait beaucoup penser à lui.

 

Une destination : la Floride

Depuis 2014, je me rends régulièrement en Floride. Une à deux fois par an, ma coach, sa famille et moi y partons pour quelques jours de vacances et de stage. Nos activités sont assez typiques comme la visite des Everglades et ses alligators. Les Américains ont vraiment un grand respect pour les sportifs. Même si je payais mon entrée publique à la piscine, ils n’autorisaient pas les “non nageurs” à venir dans ma ligne d’eau. Partir au soleil et bronzer quand en France il fait 0°, c’est un régal ! 

 

Une citation : « Qui ne tente rien, n’a rien. »

Ma coach me l’a souvent répétée. Maintenant je l’utilise quasiment tous les jours et pour n’importe quoi. Elle m’a servi pour la première fois lors d’une compétition. Tout nouveau je devais faire mes preuves sur la course de 25 km. J’ai mené toute la course, sans me retourner. Et je finis sur la troisième marche du podium européen. 


(Page suivante)

Télécharger le communiqué de presse