repère

Chrono en marche ! est un projet du Laboratoire d'expérimentation des mobilités de l'agglomération grenobloise, porté par Transdev, la collectivité (SMTC) et la Sémitag (réseau de transports TAG).

 

Chrono en marche !, c'est :
• une problématique : améliorer l'attractivité des lignes Chrono, ligne de bus à haut niveau de service (+ rapide, site propre, + fréquence),
• un terrain de jeu : un quartier, Bouchayer-Viallet en reconstruction, terrain idéal pour mener des expérimentations,
• un moyen : une démarche collaborative avec les habitants/usagers et utilisation outil numérique application « ville sans limite » pour recueillir des projets des habitants sur le terrain,
• des expérimentations qui évoluent dans le temps,
• des partenaires publics et/ou privés qui s'investissent dans ces expérimentations : JCDecaux, start-up UFO, Neter, école d'architecture - Digital RDL research by design laboratory architecte 2.0.

contact

Marie-Claude Prévitali, Karim Hachim, Fabien Dominguez

tel. 04 76 86 84 00 - contact@mediaconseilpresse.com

suivez-nous
agenda

SAVE THE DATE

Jeudi 28 septembre à 9h

A Grenoble, inauguration des nouveaux équipements de Chrono en marche ! dans le quartier Bouchayer-Viallet. RDV au Square des Fusillés. Contactez nous si vous êtes intéressés.

Chrono en marche ! : un gouvernail pour prendre la bonne direction (première mondiale)

Communiqué de presse

2017-09-12

Chrono en marche ! : un gouvernail pour prendre la bonne direction (première mondiale)

Un abri-voyageurs nouvelle génération, un banc multifonctions de 15 mètres de long, un gouvernail « première mondiale » pour ne plus perdre le nord, un axe apaisé où chacun trouve sa place… Quatre innovations dédiées aux mobilités à découvrir et à tester dans le quartier Bouchayer-Viallet de Grenoble à partir du 28 septembre. Débutée au printemps 2015, l’expérience Chrono en Marche ! sur les mobilités prend une nouvelle dimension. Cette démarche de co-construction a réussi à mobiliser les énergies de l’école d’Architecture de Grenoble, JC Decaux, la Métropole, d’un inventeur… et s’appuie sur les attentes exprimées par les résidents/usagers.

 

Qui n'a pas connu une montée d'adrénaline intense en tant que piéton après être parti à l'opposé de sa destination finale ? Combien de retards, de stress, de rendez-vous manqués pour une mauvaise orientation... Une innovation mondiale vient résoudre simplement, sobrement, durablement ce problème d'orientation des piétons. Son nom : Gouvernail. Et cette invention de mobilier urbain ne fait pas appel au numérique ! A tester Square des Fusillés à Grenoble à compter du 28 septembre.

 

On doit cette innovation à Matthieu Audebaud, 41 ans, de l'entreprise familiale Neter, consultant en Information voyageurs pour le transport public. Elle prend la forme d'un cadran situé à hauteur d'homme capable de pivoter à 360° sur son mât. Le cadran renferme un plan couvrant un rayon de 500m, naturellement praticable par un piéton. Tous les centres d'intérêt sont répertoriés selon des zones numérotées dans une légende. Là, le piéton repère sa destination et le numéro de la zone correspondante. Pour s'orienter, il tourne physiquement avec le gouvernail jusqu'à placer le numéro face à lui. Sa destination finale est désormais réellement devant lui. Il n'a plus qu'à commencer sa marche... tout droit !

 

Invention low tech

Son nom est un brin vintage. Tout comme son mécanisme, proche de celui d'une montre, est loin du tout numérique. Son concepteur le revendique. Ce gouvernail se veut autosuffisant et durable. Matthieu Audebaud a confié la fabrication du prototype à Boscher Signalétique et Image à Nantes, entreprise fleuron de la signalétique muséale. Dans leurs cartons, le Louvre Lens, le musée des Confluence, les Tuileries, la BNF Richelieu, Les Halles, le quai Branly... « Mises à part les données cartographiques aisément modifiables, ce Gouvernail n'a besoin d'aucune maintenance. Je l'ai voulu simple, gérable, pas trop cher et fiable dans la durée. Il fait appel à une ingénierie classique qui suffit étonnamment à réaliser ce que nos smartphones peinent encore à faire : nous mettre sur le bon chemin de notre destination finale. Surtout, il réalise ce que nos smartphones ne pourront jamais faire parce que leur taille les condamne : bien lire et comprendre la richesse de l'espace qui nous environne et nous y orienter comme des grands ». L'inventeur a déposé un brevet à l'INPI et entend le développer dans une quinzaine de pays. Mais il veut se laisser le temps de l'expérimentation grand public. Chrono en Marche ! lui offre cette opportunité pendant 10 mois.

 



Télécharger le communiqué de presse