contact

Marie-Claude Prévitali, Karim Hachim, Fabien Dominguez

tel. 04 76 86 84 00 - contact@mediaconseilpresse.com

theatredevienne.com

suivez-nous

Spécial centenaire de la Grande Guerre 14-18 : Avant l'heure où les thés d'après-midi finissaient, les 8 et 9 novembre au Théâtre de Vienne

visuels

[Musique] Avant l'heure où les thés d'après-midi finissaient de Loïc Corbery de la Comédie-Française accompagné de Edwige Bourdy et du trio Georges Sand. Les 8 et 9 novembre - ©Manuel Guyon

Spécial centenaire de la Grande Guerre 14-18 : Avant l'heure où les thés d'après-midi finissaient

video

Avant l'heure où les thés d'après midi finissaient

Communiqué de presse

2018-10-02

Spécial centenaire de la Grande Guerre 14-18 : Avant l'heure où les thés d'après-midi finissaient, les 8 et 9 novembre au Théâtre de Vienne

Le Théâtre de Vienne (Isère) commémore à sa façon le centenaire de la fin de la guerre 14-18, les 8 et 9 novembre, avec un spectacle de théâtre musical qui donne à voir et à entendre l’atmosphère de l’époque, dans les tranchées comme loin du front.

Avant l'heure où les thés d'après-midi finissaient
Jeudi 8 et vendredi 9 novembre à 20h30 - Théâtre de Vienne
Avec : Loïc Corbery, de la Comédie-Française, Edwige Bourdy, chant, Trio George Sand (Virginie Buscail, violon, Nadine Pierre, violoncelle et Anne-Lise Gastaldi, piano), Benoît Urbain, piano et accordéon
Scénographie et lumières : Sébastien Vergnaud
Textes et lettres de : Louise Weiss, Lucien Durosoir, Maurice Maréchal, Maurice Drans, Henri Barbusse, Marcel Proust.
Mise en scène : Floriane Bonanni

 

Ce spectacle de théâtre musical offre un riche éclairage de la Grande Guerre à travers les rapports à la musique et à la chanson selon que l'on soit sur le front ou dans les salons parisiens. Il donne à voir et à écouter les œuvres de l'époque. Tour à tour poignant, joyeux, bouleversant, amusant, ce spectacle original se déroule pendant la guerre de 14-18. Il illustre l'espoir et l'évasion éphémères qu'apportait la musique dans les tranchées aux combattants. Dans le même temps, il témoigne de l'insouciance inconsciente et troublante des spectateurs dans les théâtres et dans les salons, qui, loin de la guerre, étaient remplis. Cette faille entre deux camps résonne encore aujourd'hui...

 

Les pièces musicales du spectacle :
On dansait l'tango (paroles de Amelet - musique de Charles Guindani)
Robert Schumann : Sonate op. 105 pour violon et piano (Allegretto)
Dans la tranchée (paroles et musique de Théodore Botrel)
Gabriel Fauré : Berceuse op.16 pour violon et piano
Claude Debussy : Sonate pour violoncelle et piano (Sérénade)
Cocorico (paroles et musique de Hamel)
J'ai pas l'cœur à la rigolade (paroles d'Ernest Dumont - musique de Ferdinand Bénech)
Richard Wagner : Mort d'Isolde (transcription pour trio avec piano d'Alfred Pringsheim)
La caissière du Grand Café (paroles de Louis Bousquet - musique de Louis Izoird)
Maurice Ravel : Trio pour piano, violon et violoncelle (Modéré)
Celui que j'aime est parmi vous (paroles de Jean Rodor et Jean Bertet - musique de V.Scotto)
Chanson de Craonne (paroles anonymes - musique de Charles Sablon)
Lili Boulanger : Thème et variations
Ludwig van Beethoven : Trio op.97 « Archiduc » (Allegro moderato)
Jean-Sébastien Bach : L'offrande musicale BWV 1079

 

A propos

- Loïc Corbery est sociétaire de la Comédie Française depuis 2010 après y être entré en 2005. Parmi ses nombreux rôles du grand répertoire, il a été Petruchio dans La mégère apprivoisée de Shakespeare, Christian dans Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, Perdican dans On ne badine pas avec l'amour d'Alfred de Musset, Dom Juan dans Dom Juan ou le festin de Pierre de Molière.
La direction artistique de l'hommage à Molière à la Comédie Française lui a été confiée en 2009. En 2008, il avait aussi mis en scène Sacré nom de dieu d'Arnaud Bédouet d'après la correspondance de Flaubert, avec Jacques Weber au Théâtre de la Gaité-Montparnasse.
Son talent se prolonge au cinéma avec son rôle de Clément dans Pas son genre de Lucas Belvaux avec Emilie Dequenne qui est sorti en 2014.
Loïc Corbery a fait des études théâtrales au cours Périmony. Il a ensuite intégré le Conservatoire national supérieur d'art dramatique de 1997 à 2000, dans les classes de Stuart Seide et de Jacques Lassalle. En 2003, il décroche une nomination aux Molières 2004 pour la Révélation Théâtrale Masculine dans Le jour du destin.



- Le Trio George Sand réunit Virginie Buscail, Nadine Pierre et Anne-Lise Gastaldi dans un même esprit, à la fois sensible, engagé et moderne. Ces qualités expliquent qu'elles aient choisi de se donner pour nom celui de la célèbre femme de lettres. Leur répertoire va de la période classique et romantique à notre époque actuelle avec des créations de pièces contemporaines telles, en 2010 et 2012, les trios écrits par Gérard Pesson puis Michael Jarrell. Leurs disques sont toujours récompensés (4* dans le Monde de la musique, ffff dans Télérama). Elles ont, aux côtés de la chanteuse Juliette, assuré la partie instrumentale du livre-disques « Marcel Proust une vie en musiques ».



- Le timbre exceptionnel d'Edwige Bourdy lui permet de chanter, avec le même talent, des rôles variés qui vont du Baroque (Dévergondages Baroques avec l'ensemble Almasis) au Music-Hall (L'Oiseau Rare sur une mise en scène de Caroline Loeb) en passant par l'Opéra (Sœur Constance dans le Dialogue des Carmélites de Poulenc) et l'Opérette (Tcheriomouchki de Chostakovitch).



- Benoît Urbain a joué dans des spectacles musicaux et théâtraux salués par la critique comme Les élans ne sont pas toujours des animaux faciles (avec Pascal Neyron et Emmanuel Quatra), L'oiseau rare (avec Edwige Bourdy), Vagabondages (avec Christiane Legrand), Et Vian dans les dents (avec Brigitte Guedj).
Il est le directeur musical, le pianiste et l'accordéoniste des spectacles « Cabaret » (Boris Vian, Brassens, Barbara) avec les comédiens du Français.



- Floriane Bonanni est violoniste à l'Orchestre Philharmonique de Radio France. Sa passion de tous les arts la conduit à travailler avec des metteurs en scène de théâtre. Musicienne et comédienne, avec Alain Françon, elle joue dans « La Cerisaie »de Tchekhov au Théâtre National de la Colline, « Les Trois Soeurs » de Tchekhov et « La Villégiature » de Goldoni à la Comédie Française, avec Eric Ruf, dans « Peer Gynt » au Grand Palais, avec Coraly Zahonero dans « Griselidis » au Théâtre du Vieux Colombier et en tournée. Elle imagine et joue dans le spectacle "Les Méfaits du Tabac, Concert en un Acte", créé aux Bouffes du Nord mis en scène par Denis Podalydès avec le comédien Michel Robin.

 

Autour du spectacle Avant l'heure où les thés d'après-midi finissaient...

Conférence Upop mardi 6 novembre de 19h30 à 21h30 au Théâtre de Vienne - gratuit
100 ans, la Grande Guerre et nous... par Gérard Jolivet
Conférence musicale avec l'école de musique de Chasse sur Rhône
En contrepoint de ce spectacle, Gérard Jolivet proposera une conférence sur le centenaire de la Grande Guerre. Le conférencier convoque Stefan Zweig, Teilhard de Chardin, Jules Romains, Albert Camus, pour répondre à Louise Weiss, Henri Barbusse, Marcel Proust, relus par le comédien Loïc Corbery. Il sera accompagné par les élèves de l'Ecole de Musique de Chasse sur Rhône. Avec, entre autres, cette marche funèbre, « Aux héros lyonnais », jusqu'ici tombée dans l'oubli et exhumée par le groupe d'histoire de Chasse sur Rhône.
La conférence de Gérard Jolivet tente d'interpréter le choc de la première guerre mondiale comme un retournement historique de la modernité : le passage brutal d'une modernité heureuse à une modernité tragique. Cent ans après l'événement fondateur du monde contemporain, il cherche ce qu'elle a laissé dans notre vision du monde. La Grande Guerre a-t-elle épuisé en un siècle son retentissement sur notre conscience historique ? Une façon de nous interroger sur ce que nous sommes, autant que sur ce que nous avons été. Au-delà des lamentations sur les horreurs de la guerre, une réflexion personnelle qui prolonge les conférences du même auteur sur l'extrême-droite et sur le populisme : un point de vue inattendu peut-être sur le monde d'aujourd'hui.
L'Upop, s'inspirant de la longue tradition des Universités populaires en France, propose de la diffusion de savoirs et de l'éducation populaire par le biais de conférences, ateliers, rencontres et stages gratuits. Le Théâtre de Vienne et l'Upop ont recherché des thématiques et des conférenciers en lien avec les spectacles de la saison. Ces conférences sont libres d'accès et gratuites. Réservation conseillée sur le site :
www.upop-paysviennois.fr

 



Télécharger le communiqué de presse